Changez vos mauvaises habitudes,
et retrouvez votre zone d'équilibre de vie, pour ainsi vivre mieux et en santé

jeudi 9 juin 2011

Publication du livre vert sur la politique bio-alimentaire au Québec: un pas vers un marketing des aliments distinctifs québécois?

Trois ans après le rapport Pronovost, le 1er livre vert pour une politique bio-alimentaire au Québec a été enfin publié. Ce document met une emphase particulière sur le marketing des aliments distinctifs québécois et qui font la renommée d'une région… pourvu qu’on arrive à en faire la promotion avec une stratégie adéquate, tant sur le plan local que sur le plan international, alors que le Québec fait face à une mondialisation des marchés; l'exemple de l’industrie du porc est éloquent. 

On sait aussi combien il est difficile pour certaines industries, telle que celui du sirop d’érable, de percer au niveau international malgré une production et une renommée inégalées ailleurs au monde. Une stratégie nationale aidera à renforcer, entre autre, les initiatives existantes telles que le logo « Aliments du Québec » et les campagnes de promotion du MAPAQ visant à encourager les consommateurs à "acheter des aliments produits localement". 

Le MAPAQ jouera donc un rôle plus important et veut aider le regroupement des producteurs et de transformateurs dans un créneau précis (ex : la canneberge, le cassis, les bleuets du Lac-St-Jean, les produits de l’Ile d’Orléans, l’industrie du fromage, ou l'agneau de Charlevoix) . 

C’est ce que fait déjà le Consortium aliments santé du Projet Accord dans la région de Québec qui regroupe une 30 aine de producteurs désirant développer et mettre en marché une gamme de produits alimentaires santé. 

Il restera à savoir combien de temps le MAPAQ prendra pour passer à l'action concrètement, et quelles seront les priorités. Il se pourrait par exemple que l'aspect sécurité-salubrité prenne le dessus sur la volonté de développer des produits concurrentiels. D'ici là, l'industrie agricole est en crise. Entre venir en aide à une partie de l'industrie qui agonise et une autre qui veut miser sur l'innovation, la technologie, le marketing fin et l'exportation sur les marchés internationaux, les choix seront difficiles à faire.

D'ici là le MAPAQ se lance à l'automne dans une série de consultations sur les orientations du livre vert pour donner plus de mordant à cette politique bioalimentaire. Il est du devoir des acteurs concernés d'y participer... encore une fois!

Pour en savoir plus